Darker than Black – Nokiya/Tensai Okamura (tome1)

J’ai récemment terminé un manga. Je ne lis pas souvent de manga, mais celui-ci était dans ma bibliothèque depuis un petit moment déjà et, comme il est en anglais, j’y ai trouvé une bonne opportunité d’améliorer mon niveau. Mais finalement, j’ai beaucoup apprécié cette lecture et pense déjà à me procurer la suite 😊

Quelques informations sur le livre

Titre = Darker Than Black (tome1)

Titre original = Dākā zan Burakku : Kuro no Keiyakusha (tome 1)

Auteurs = Nokiya, Tensai Okamure

Editeur = Yen press

Catégorie = Shonen

Nombre de pages = 220

ISBN = 9782809412604

Résumé (Livraddict)

Il y a dix ans, une source d’énergie que l’on nomme le Hell’s Gate a enveloppé Tokyo. Sont alors apparus d’étranges individus appelés les contractants. Ce sont des humains qui ont renoncé à leur âme, à leurs émotions et à leur morale en échange d’un pouvoir particulier. Dans cette aventure en deux tomes qui sert de prologue à l’animé, la jeune étudiante Kana découvre que son père, qu’elle croyait mort, est bien en vie. Il est devenu un contractant et travaille pour une organisation qui s’appelle Wiegenlied. Mais les humains ne doivent jamais connaître l’existence des contractants qui n’ont aucun scrupule à éliminer toute personne susceptible de révéler leur secret. Le seul capable de venir en aide à notre héroïne, c’est Hei, un contractant. Mais si nos deux protagonistes font aventure commune, chacun poursuit son propre but.

Mon avis

J’ai beaucoup apprécié l’histoire dans son ensemble. Par contre, il est vrai qu’elle est un peu flou sur certains aspects. On comprend que des Contractants (= humains qui ont renoncé à leur âme en échange de pouvoir) se sont mélangés aux habitants de Tokyo. Ou plutôt, des tokyoïtes ont mutés en Contractants à cause d’un mystérieux champ de force, Hell’s Gate. Par ailleurs, toute la partie concernant Hell’s Gate (ce mystérieux mur, surnaturel, qui cacherait quelque chose aux yeux des tokyoïtes) est beaucoup trop flou. On ne comprend pas la raison pour laquelle il s’est trouvé là, et ce à quoi il sert. On ne sait pas vraiment comment les contractants et leur « magie » ont pu arriver au japon, car rien ne nous est véritablement expliqué. Mais, il est fort possible que tout nous soit expliqué dans le tome 2, et que le but de ce premier tome était de présenter les personnages principaux tout en nous faisant comprendre ce qu’est un Contractant. En ce qui concerne le tome 1 dans son ensemble, nous sommes donc au cœur d’une ambiance très mystérieuse, assez brumeuse. Très peu de chose nous sont expliqués, tout est flou. L’ambiance est aussi mystérieuse que le personnage principal : Hei San. En effet, celui-ci parle très peu, ne laisse paraître aucune émotion et ne se confis absolument pas. Donc, pour ce qui est de ce brouillard narratif, il ne risque pas de plaire à tout le monde. Par ailleurs, malgré ce flou un peu handicapant pour le lecteur, je n’ai trouvé aucune incohérence en lisant l’histoire.

Nous avons un manga qui commence plutôt bien, avec un effet de suspens assez bien réussi. On est très rapidement plongé dans l’atmosphère du livre. Au fil des pages, on fait face à une histoire passionnante, avec des dessins plus que captivants. Je trouve que l’intrigue et l’univers sont bien menés, à la fois dans son écriture et dans ses graphismes. Les dialogues sont très fluides. Le mélange de tous ces éléments (dessins, intrigue, dialogues) nous permet d’obtenir une jolie source d’émotions. L’action est rapide, mouvementée et intense. Certaines scènes m’ont même donnés pas mal de frissons. On arrive à plonger dans le monde de l’auteur. Ce que j’apprécie également, c’est qu’à certains endroits, le mangaka a introduit de courtes scènes « humoristiques » qui permettent d’apporter un brin de légèreté à cette intrigue assez tendu. La fin de ce premier tome est à la fois touchante, intense, mélancolique et frustrante (dans le bon sens du terme). J’ai ressenti beaucoup de tristesse, mais également une certaine frustration car, au bout de 220 pages, nous ne savons toujours pas ce que je recherche Hei San. Mais, comme certaines séries, le but est, bien entendu, de pousser le lecteur à se procurer la suite (plutôt malin ✨).

L’écriture du manga est fluide. On ne voit pas le temps et les pages défilées, malgré le léger handicap causé par la langue étrangère. J’aime beaucoup ce type d’ouvrage qui nous plonge dans un univers fictif et qui ne nous laisse pas retrouver la réalité aussi rapidement. On a ce sentiment de vivre une nouvelle vie, dans un monde lointain, et d’assister en direct aux événements. Pour moi, c’est un point très important lors de ma lecture. Mon cerveau parvient à se projeter et à me proposer une vision en mouvement de la scène.

Pour ce qui est des personnages, je les ai trouvé très attachants et bourrés d’énigmes à résoudre. J’ai principalement apprécié le personnage d’Hei San, bien que Kana Shinoh a aussi une personnalité très intéressante. Malgré tout, ma préférence va vers ce contractant mystérieux, courageux et spécial (unique en son genre) ❤

Mais n’oublions pas les dessins ! C’est quand même l’essence première d’un manga ! Je les ai trouvés vraiment joli. Ils sont très bien réalisés, les proportions et les contraste entre noir et blanc sont bien maîtrisés. Les couleurs sont assez sombres et colle parfaitement à l’univers. J’ai trouvé que l’auteur avait tendance à assombrir les vêtements des contractants et à éclaircir ceux des humains ; c’est un point très positif qui permet au lecteur de mieux se repérer quand il rencontre les personnages.

Pour terminer, mon édition était en anglais. Vous pouvez également trouver le manga en version française. Mais si la version anglaise vous tente, elle est très simple et accessible à beaucoup de gens 😊 La lecture des mangas en anglais est un bon exercice pour perfectionner la langue. En effet, vous vous trouverez face à un ouvrage et des dialogues plus petits, ce qui vous éviteras de vous retrouver avec 20 mots à chercher pour deux pages seulement 🎉 L’accessibilité linguistique nous permets de ne pas perdre le fil de l’histoire.

Conclusion

Ne lisant pas souvent de manga, j’ai trouvé celui-ci vraiment intéressant. Pour ceux qui apprécient les récits surnaturels, je pense que Darker Than Black vous plaira.

J’ai beaucoup apprécié l’ambiance de l’ouvrage, et j’ai hâte de connaître la suite et, surtout, de comprendre enfin la raison pour laquelle ce mur est apparu autour de Tokyo.

À bientôt 😘

Au cœur des Lignes

Un commentaire Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s