La Route – Cormac McCarthy

Vous avez probablement déjà entendu parler de l’adaptation cinématographique. De mon côté, je n’ai jamais vu le film. Cependant, les nombreux avis positif sur le roman m’ont donné envie de le découvrir.

La littérature apocalyptique n’est pas un genre littéraire que j’ai l’habitude de lire. En effet, quand on entend « apocalyptique », on pense souvent aux attaques de zombies ou à des virus mortels. Ici, en lisant le résumé, j’ai trouvé l’idée d’« un monde […] dévasté, couvert de cendre et de cadavre » assez original et intriguant. J’ai donc tenté ma première lecture apocalyptique.

Quelques informations sur le livre

Titre : La Route

Titre original : The Road

Auteur : Cormac McCarthy

Publication : 2007

Éditeur : Points

Prix : Pulitzer 2007

Nombre de pages : 256

ISBN : 2757811614

Résumé

« L’apocalypse a eu lieu. Le monde est dévasté, couvert de cendres et de cadavres. Parmi les survivants, un père et son fils errent sur une route, poussant un Caddie rempli d’objets hétéroclites. Dans la pluie, la neige et le froid, ils avancent vers les côtes du Sud, la peur au ventre : des hordes de sauvages cannibales terrorisent ce qui reste de l’humanité. Survivront-ils à leur voyage ? « 

Mon Avis

Ne passons pas par quatre chemins : ce roman a été une profonde déception. Je ne l’ai pas abandonné dans l’espoir que mon avis change, mais ce fut un échec. Le début n’avait déjà pas bien démarré, mais la fin n’a pas sur rattraper ce mauvais départ… Tout au long de ma lecture, je me suis répétée une chose : « la forme du livre ressemble plus à un scénario détaillé qu’à un roman »…

Tout d’abord, ce qui m’a le plus déplu, c’est la forme littéraire proposée par l’auteur. Elle ne m’a pas paru agréable du tout. Nous sommes constamment en compagnie de phrases courtes assez détachées les unes des autres. J’ai également discerné un grand manque de fluidité dans la quasi-totalité du roman, et une certaines lourdeurs grammaticales, notamment avec l’utilisation exagérée de la conjonction « et » (Exemple = « Il retira la bâche en plastique bleue sous laquelle il dormait, la plia et l’emporta et la rangea dans le caddie de supermarché et revint avec leurs assiettes et des galettes de farine de maïs dans un sac en plastique et une bouteille en plastique contenant du sirop »). J’ai trouvé ce style d’écriture lourd et rébarbatif… La fluidité est tellement faible que j’en perdais parfois le fil de ma lecture. Au fil des pages, j’ai eu un peu de mal à rester concentré.

Le bouquin n’est déjà pas long, mais on rétrécit encore plus la possibilité d’être précis en créant des blocs de textes qui, parfois, se suivent ou n’ont rien à voir avec le précédent. Il m’est de temps en temps arrivé de ne pas comprendre le lien entre deux paragraphes au point de devoir relire plusieurs fois la même partie… L’histoire en elle-même est originale et intéressante. Mais je n’ai pas senti que le texte lui rendait entièrement justice. Tout au long de notre lecture, l’auteur décrit les événements, mais ne créer aucune complicité entre les personnages, l’univers et le lecteur. À force, j’ai eu l’impression de lire un script/scénario très détaillée destiné à présenter le déroulement d’un film (comme une sorte de condensé d’une histoire).

L’intrigue en elle-même est plutôt attirante. Nous sommes projetés dans un monde apocalyptique dans lequel un père et son fils tentent de survivre. En soit, le milieu du livre est le plus intéressant, car il laisse place à du mouvement et des retournements de situations éveillant nos sens. Mais, pour ce qui est du reste, l’avancée du récit m’a semblé monotone, voire lassante. Je pense que, de mon côté, l’écriture en est la principale cause.

L’autre point noir frustrant est l’absence d’explication sur la situation du roman. On ne sait pas comment ni pourquoi ce monde est détruit, et on ne comprend pas trop la présence d’un groupe d’humains cannibales, mis en avant dans le résumé et pourtant faiblement présent dans le roman. Rien ne nous sera jamais expliqué en détails et c’est ce qui m’a le plus chagriné. Si je n’avais pas lu le résumé, je n’aurais jamais été capable d’expliquer de façon concrète l’intrigue du roman. Nous sommes vraiment au cœur d’une description flou et bancale de la situation qui ne m’a pas permise de me projeter dans cet univers apocalyptique. Les personnages, comme l’univers, ne m’ont pas atteint… Je n’ai pas pu passer la barrière entre l’objet livre et l’essence même du roman. Entre les descriptions faibles et l’intrigue qui avance de manière banale et saccadées, l’auteur n’a pas réussis à m’ouvrir une brèche afin de passer de ma chambre à son monde. En effet, le mur entre le réel et la fiction est trop présent, ce qui a brisé toute possibilité d’effet sur mon esprit.

L’intrigue commence tout de même à être plus intéressante et fluide à partir de la moitié du livre. Le texte est moins redondant, moins lourd et l’histoire prend un peu plus de sens et d’intérêt. En effet, celle-ci se ressent plus intensément et rallume la flamme littéraire qui nous pousse à terminer le roman. À cet instant, on est un peu plus plongé dans l’univers même si un pied reste coincé dans la réalité. Si le roman avait commencé directement de cette manière, la lecture aurait été beaucoup plus agréable et seule la fin aurait été frustrante… car OUI ! La fin est tellement frustrante 😱 Pour moi, ce final ne mène à rien… Des centaines de pages lues pour découvrir une fin aussi simple a été d’une déception terrible… Moi qui n’avais déjà pas ressentie d’émotions pour les pages précédentes, je n’ai malheureusement rien ressentie pour la dernière… C’est vraiment dommage.

Conclusion :

C’est un roman qui n’aura malheureusement pas gagné mon cœur de lectrice. Les points négatifs sont en trop grande majorité par rapport au faible positif trouvé dans le bouquin.

Pour ne pas rester sur un échec concernant l’histoire, je pense tout de même voir l’adaptation cinématographique qui, avec cette forme de texte, pourrait être d’un tout autre niveau. En soit, comme je le disais, l’histoire et son intrigue sont très captivantes, mais je n’ai pas réussi à plonger dans ce monde, notamment à cause de la plume de l’auteur.

À bientôt 🍀

Au Cœur des Lignes

Un commentaire Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s