Dix petits nègres – Agatha CHRISTIE

Nous retrouvons notre reine du crime autour d’un meurtre quasiment fantastique, à en faire frissonner un bon nombre d’entre vous…

Bienvenue sur l’île du Nègre, un lieu éloigné de tout … une prison d’exécution à en faire mourir de peur…

Dix petits nègres s’en furent dîner, 

L’un d’eux but à s’en étrangler

  • N’en resta plus que

Neuf petits nègres se couchèrent à minuit,

L’un d’eux à jamais s’endormit

  • N’en resta plus que huit.

Huit petits nègres dans le Devon étaient allés,

L’un d’eux voulut y demeurer

  • N’en resta plus que sept.

Sept petits nègres fendirent du petit bois,

En deux l’un se coupa ma foi

  • N’en resta plus que six.

Six petits nègres rêvassaient au rucher,

Une abeille l’un d’eux a piqué

  • N’en resta plus que cinq.

Cinq petits nègres étaient avocat à la cour,

L’un d’eux finit en haute cour

  • N’en resta plus que quatre.

Quatre petits nègres se baignèrent au matin,

Poisson d’avril goba l’un

  • N’en resta plus que trois.

Trois petits nègres s’en allèrent au zoo,

Un ours de l’un fit la peau

  • N’en resta plus que deux.

Deux petits nègres se dorèrent au soleil,

L’un d’eux devint vermeil

  • N’en resta donc plus qu’un.

Un petit nègre se retrouva tout esseulé,

Se pendre il s’en est allé

  • N’en resta plus… du tout.

Dix petits nègres est un roman d’Agatha Christie publié en novembre 1939 en Angleterre et en 1940 en France. En ma possession, j’ai le roman du Livre de poche (208 pages). 

Agatha Christie publica por primera vez en formato e-book ... Agatha Christie est une femme de lettres britannique à l’origine de quatre-vingt-quatre oeuvres qui sont principalement littéraires. Né en 1890 et morte en 1976 (85 ans), elle obtient un très grand succès littéraire notamment avec ses détectives Hercule Poirot (détective professionnel belge) et Miss Marple (détective amateur). Elle fait partie des auteurs anglo-saxons les plus connus et les plus lues au monde. En tout, elle aura été l’auteure de 154 nouvelles, 20 pièces de théâtre et 66 romans. Une grande partie de ses livres a été l’objet d’adaptation cinématographique : cinq petits cochonsdix petits nègresle Crime de l’orient Express

Résumé:

 » En a-t-on palé de l’île du Nègre ! Elle avait, selon certains, été achetée par une star de Hollywood. Des journaux avaient insinué que l’Amirauté britannique s’y livrait à des expériences ultra-secrètes. Bref, quand ils reçurent – sans savoir de qui – cette invitation à passer des vacances à l’île du Nègre, tous les dix accoururent ». 

 

Forensic Nanotechnology: a scientific whodunit ...      Ce livre fut un choix aléatoire pioché dans ma book jar. En tout cas, cette lecture est tombée au bon moment : deux jours avant Halloween. Je pensais que ce roman était un simple « polar ». Cependant… c’est un véritable thriller psychologique !!!! Je n’ai jamais été aussi angoissé par un livre depuis ma lecture du mystère de la chambre jaune de Gaston Leroux ou encore de Salem de Stephen King, qui remonte à, à peu près trois ans (autant dire que c’est plutôt loin dans le temps). 

Voici un deuxième Agatha Christie dans mes « livres lu », et je ne suis absolument pas déçu. Cela a été un véritable plaisir littéraire mêlé constamment de frisson et d’angoisse.

Nous sommes toujours en Angleterre, mais cette fois dans une petite île « abandonnée », l’île du Nègre, qui a été acheté par un certains O’Nyme. Celui-ci s’est permit d’envoyer dix lettres, à dix personnes toute tellement différente socialement, physiquement et mentalement, que cela créer une certaine incompréhension quand ils finissent par tous se rencontrer. De plus, ils ne venaient pas pour les mêmes raisons (certains pour le travail, d’autre pour les vacances…) et ils n’étaient même pas réellement invités par la même personne. A leur arrivée sur l’île, après un dîner fort agréable (n’ayant toujours pas rencontré leur hôte), par le biais d’un gramophone, ils sont tous accusés d’un meurtre bien spécifique à chacun d’eux. La dernière parole de l’enregistrement : « Accusés, avez-vous quelque chose à dire pour votre défense ? ». C’est alors que le chaos, l’angoisse, la peur, le crime… s’insinue au coeur de ce petit groupe persécuté par un personnage anonyme. Et pourtant… à part eux, il n’y a personne sur l’île…

L’HISTOIRE :

Sherlock Holmes's desktop by MorphineAndSprite on DeviantArt

En un mot : FANTASTIQUE !

     « Fantastique » dans les deux sens du terme. Nous sommes face à un roman policier merveilleusement bien réalisé… si bien réalisé, qu’il se transforme en thriller psychologique, quasiment fantastique (dans l’idée que l’invraisemblable se mélange au réel). 

Quand on commence notre lecture, on y pénètre dès la première page. Au début, on assiste à la présentation des personnages l’un après l’autre (et à la lecture de leurs lettres d’invitation). Avec cela, on a l’impression de visionner le commencement d’un film. On a un effet très cinématographique, et cet effet va se retrouver dans tout le roman. C’est un point extrêmement positif, car en se visualisant les scènes à la perfection, cela augmente nos sensations, ce qui fait que la lecture devient un pur moment de plaisir. Donc, dès l’incipit, le roman promet une aventure (ou plutôt un mystère) assez intéressant pour nous pousser à continuer notre lecture. 

On est ici, dans un récit plutôt externe, c’est-à-dire que l’on ne connaît rien de plus, rien de moins que les personnages. On lit tout de même leurs pensées, mais aucune information ne nous mène à la vérité sur ce cauchemar vivant. L’aventure, le mystère, les montagnes russes de sensations fortes… on les vit en même temps qu’eux, ce qui augmente cette angoisse, ce stress perpétuel que l’on ressent au fil des pages.

On a sans cesse des effets de suspens, on se pause constamment des questions… Comme nos protagonistes, on ne s’arrête pas de réfléchir. On veut savoir ! On veut connaître ce fou qui a décidé de commettre un homicide! Et ce qui est vraiment frustrant dans ce roman (et qui augmente cette impression d’être emprisonné sans arrêt dans une cage sans issue) c’est quand on se croit proche du but (de la révélation), quand l’adrénaline monte en crescendo, et que finalement tout s’arrête, et que l’on se rend compte que cela n’est absolument pas ce à quoi on pensait : C’est tellement frustrant mais en même temps cela fait que l’histoire devient addictive !!! 

Alors, à partir de cet instant, un véritable procès se met en place et tout le monde se méfie de tout le monde. L’atmosphère devient pesante, et même le lecteur ne sait plus qui croire, à qui faire conscience, qui soupçonner…

On vit vraiment l’intrigue grâce aux nombreux dialogues écrit avec beaucoup de réalisme. Comme je le disais ci-dessus, on se croit vraiment dans un film et pour certaines scènes (notamment les scènes de dialogues), on en oublie même qu’on est en train de lire un livre. 

Bref, vous l’aurez compris : l’histoire et l’intrigue sont un véritable plaisir de lecture !

LES PERSONNAGES:

Les personnages sont assez nombreux, ce qui fait qu’au début on a beaucoup de mal à les mémoriser. Et je pense qu’au fur et à mesure, le lecteur va finir par se souvenir essentiellement des protagonistes qui seront le plus mit en avant dans le roman (en ce qui me concerne, ce fut mon cas). 

Comme l’histoire, les personnages sont très énigmatiques : on les connaît à peine (seulement visuellement grâce à leur description physique), et il renferme tous un mystère à résoudre. On a même l’impression que chacun de ces personnages est une enquête au coeur de l’enquête même (comme une sorte de mise en abîme) : on ne les connaît pas, on ne connaît pas le meurtrier, et, en plus, on ne sait pas s’ils disent la vérité ou s’ils mentent.

On ressent tous leurs sentiments, de l’angoisse à la colère en passant même par la folie et l’hystérie. De plus, ils s’accusent et se soupçonnent les uns les autres, laissant planer une atmosphère étouffante et troublante. Comme eux, on devient méfiant et on tombe dans cette atmosphère désagréable qui monte en intensité. On doute de chacun, tout le monde peut-être accusé. De plus, nos protagonistes révèlent des informations sur eux même au compte goutte, ce qui augmente les doutes du lecteur et de nos dix victimes.

Le lecteur se trouve donc face à des personnages complexes qui sont, en réalité, coupables plutôt que victimes. 

L’AUTEUR ET SA PLUME :

Pour cette partie, mon point de vue ne change pas depuis ma chronique sur les cinq petits cochons

On a une écriture très détaillée, créant une image parfaite des scènes. La plume de l’auteur est toujours aussi élégante. Quand elle écrit, on a vraiment l’impression de visionner un film. Agatha Christie nous présente des scènes qui sont très réalistes avec des descriptions de qualités et des dialogues bien réalisés qui s’enchainent parfaitement, comme une conversation vraisemblable. 

Le style d’écriture est très agréable. Le rythme qu’elle met dans sa plume permet de nous faire ressentir ces sentiments d’angoisse, de peur et de frissons qui ne cessent d’augmenter à chaque page tournées.

Avec ce rythme, ces descriptions très détaillées, ces dialogues vivants et cette plume élégante, Agatha Christie nous fait part d’une lecture très énigmatique, fantastique, frissonnante et bien menée (un chapitre par « personnage » ou évènement).

Nous lisons une écriture d’un très bon niveau avec du vocabulaire à la portée de tous, bien qu’il y’ait à certains endroits un lexique un peu plus fins. Nous sommes accompagnés dans notre histoire d’une plume de très bonne qualité qui nous place devant une intrigue effrayante et qui nous offre une grande quantité d’émotions et de retournement de situation. 

POUR CONCLURE :

Ce fut une lecture parfaite pour Halloween ! J’en ai frissonné, j’ai été angoissé, j’ai eu peur… Je sentais mon coeur s’accélérer au moindre danger, ou à la moindre frayeur des personnages. 

On se croit sans cesse à l’intérieur d’une montagne russe de sensations, qui ne s’arrêtera qu’à la dernière page… et encore (j’en ai encore le souffle coupé). 

Je qualifierais ce roman de thriller psychologique car on est dans une enquête non professionnelle (dix amateurs/citadins) tout en étant au coeur d’un drame tellement invraisemblable qu’on à même l’envie d’introduire des éléments fantastique, irrationnels (esprit, démon…) pour justifier ces crimes...

Pour le dire en une ligne : ce roman a été un véritable coup de coeur… et pourquoi pas aussi parler de coup de PEUR !! 

« les païens sont précipités dans la fosse qu’ils ont eux-mêmes creusée ; au filet qu’ils ont eux-mêmes tendu ils se prennent le pied. Yahvé s’est fait connaître. Il a rendu le jugement. Il a lié l’impie dans l’ouvrage de ses mains. L’impie sera livré à la géhenne éternelle » lecture d’un extrait de la Bible par Miss Brent, au chapitre 2.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s