Notre-Dame de Paris – Victor Hugo

Venez découvrir le Paris du 16ème siècle, avec ses qualités et ses défauts. Au travers de Victor Hugo, Paris s’anime dans une histoire romantiquement terrifiante mais éternellement belle.

Notre-Dame de Paris est un livre de Victor Hugo publié en 1831. De nos jours, le roman est apparu dans plusieurs maisons d’édition. Pour ma part, je possède l’édition Hachette jeunesse de 1979 (467 pages).

 » – Savez-vous ce que c’est que l’amitié ? demanda-t-il. 

– oui, répondit l’égyptienne.

C’est être frère et soeur, deux âmes qui se touchent sans se confondre, les deux doigts de la main. 

– Et l’amour ? poursuivit Gringoire. 

– Oh ! L’amour! dit-elle, et sa voix tremblait, et son oeil rayonnait.

C’est être deux et n’être qu’un. Un homme et une femme qui se fondent en un ange. C’est le ciel… »

 

Résumé :

 » Dans le Paris du XVe siècle, une jeune et superbe gitane appelée Esméralda danse sur le parvis de Notre Dame. Sa beauté bouleverse l’archidiacre de Notre-Dame, Claude Frollo, qui tente de l’enlever avec l’aide de son sonneur de cloches, le malformé Quasimodo. Esmeralda est sauvée par une escouade d’archers, commandée par le capitaine de la garde Phoebus de Châteaupers… » (résumé de Livraddict).

 File:Victor Hugo 001.jpg - Wikipedia

Victor Hugo est à la fois poète, dramaturge, prosateur (= auteur qui écrit en prose) et dessinateur français du 19ème siècle. Cet auteur a vécu près de 83 ans. Il est l’auteur d’un grand nombre d’ouvrages tel que Notre-Dame de Paris, Les Misérables, Le dernier jour d’un condamné… Il a écrit dans tous les genres : la poésie, le roman, le théâtre… Il fait partie du courant romantique français et est à la tête d’un mouvement que l’on appelle « le drame romantique ».

File:HugoHunchbackNotreDame02.jpg - Wikimedia Commons

Aujourd’hui, je vous parle d’un classique qui est surement l’un des plus connus de Victor Hugo. C’est un live que je voulais lire depuis un bon bout de temps et je regrettes d’avoir attendu aussi longtemps pour l’ouvrir. Victor Hugo est un auteur qui m’inspire beaucoup de parts ses thématiques mais également grâce à son élégance littéraire qui le démarque des autres auteurs. On est au coeur d’une écriture très imagée capable de dépeindre à la fois le beau et le terrible. Nous sommes ici dans un roman naturaliste à l’intérieur duquel l’intrigue se déroule quatre siècles avant celui d’Hugo : le 15ème siècle. C’est vraiment intéressant de voir qu’un auteur de cette époque décrit avec un réalisme époustouflant ce temps de la monarchie avec ses habitants, ses habitudes et ses coutumes.

Nous sommes dans ce livre au coeur d’un Paris monarchique et catholique. Entre le 15e siècle et le 19e, Paris a évoluée. A l’époque d’Hugo, l’île Saint-Louis (où se trouve la cathédrale Notre-Dame de Paris) n’est plus le seul élément de Paris et la Cour des Miracles (lieu ou brigands, mendiants, malades, filles de joie, étrangers… se trouvent. C’est un lieu terrible et effrayant pour les bourgeois parisiens) n’existe plus. On va suivre la tragique histoire d’une Bohémienne, du nom d’Esmeralda, qui provoque le désir sur un grand nombre d’hommes. Ses flèches atteignent également le bossu de Notre-Dame, Quasimodo, le preux chevalier Phoebus (dont elle est amoureuse) ainsi que le lugubre archidiacre Claude Frollo. La jalousie va s’immiscer dans la vie d’Esmeralda et risque de la conduire à sa perte…

Hôtel-Dieu de Paris – Wikipedia

Dans ce roman, nous avons un mélange entre fiction et description de Paris. L’histoire de notre Bohémienne est absolument magique bien qu’elle soit principalement tragique. La trame évolue en crescendo et on devient de plus en plus attentif à cette histoire. De plus, la description très détaillée de Paris et de sa cathédrale rend l’univers très réaliste, bien que l’histoire de base soit fictive. On retrouve évidemment Hugo à travers ce texte, avec la description crue de la misère dans la Cour des Miracles (l’un de ses principaux combats), sa vision de Paris mais également celle de la cathédrale pour laquelle il nous donne à la fois son point de vue positif et négatif. On est également face à des élements historiques en continu : les rois ont existé, les places de Paris également, la Cour des Miracles aussi… Avec ces descriptions très détaillées et ces élements historiques, nous avons l’impression d’être sans cesse devant un tableau, une peinture qui aurait été produite au 15ème siècle. On se retrouve avec une vision parfaite de l’histoire dans notre esprit, ce qui nous permet de ne rien lâcher du fil de l’histoire. Et en parlant de « ne rien lâcher du fil de l’histoire », cela ne concerne pas seulement le côté réaliste. Hugo nous présente les évènements par le biais de différents personnages. Tandis que dans un chapitre nous vivons ce qu’a vu ou fait tel personnage, dans le chapitre suivant, nous allons également découvrir ce qu’a fait au même moment un autre personnage. Et pour certains évènements, les actions se rejoignent. Cela donne une originalité et une fluidité de la fiction qui est très appréciable.

Concernant les personnages, ils sont également très détaillés. Comme Emile Zola (un auteur de la même époque), nous pouvons nous imaginer avec réalisme chacun de ces individus. Nous avons à la fois les défauts et les qualités (qu’elles soient physiques ou morales) des personnages, et cela offre une grande qualité de représentation à ces êtres fictifs. Par ailleurs, le lecteur n’est absolument pas omniscient aux personnages car il en apprend petit à petit sur chacun d’eux au fil des chapitres. Par exemple, au début du roman, Quasimodo est présenté comme un personnage effrayant, mauvais et toute sa laideur physique semble être en accord avec sa laideur intérieure. Cependant, on prend conscience petit à petit qu’il n’est peut-être pas si méchant que cela et qu’il cache même, derrière cette figure effrayante, un coeur bien plus beau que certaines personnes au centre de la gloire des bourgeois parisiens.

« Le réalisme épique dans le roman. Salammbô, par M ...

 

Le roman de Victor Hugo nous rend témoin d’un récit romantique et dramatique parfaitement dépeint grâce à une plume élégante et harmonieuse, qu’elle décrive la beauté ou la cruauté. En mélangeant la réalité avec la fiction, Hugo peut toucher un public plus large. Au coeur d’une histoire passionnante, il représente la misère, les comportements du peuple, la vision du monde d’avant… Il garde cette vérité historique au coeur d’un drame absolument fictif.

Une lecture passionante, déroutante, vivante, qui nous plonge au coeur d’un Paris du 15ème siècle historique, véritable et réaliste.

UN VERITABLE COUP DE COEUR… 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s