Le sixième sommeil- Bernard Werber

20180225_174953

Beaucoup de gens ont sûrement déjà entendu parler des cinq stades qui forment notre cycle de sommeil. On nous dit souvent que, pour un repos complet et efficace, il faut réaliser un cycle entier, qui dure environ 90 minutes. 

Bernard Werber nous fait découvrir cet univers à travers un roman à la fois fictif (de par son histoire) et réel (de par ses sources)…

« le sixième sommeil, celui de tous les possibles »

Le sixième sommeil est un roman de Bernard Werber paru aux éditions Albin Michel, le 30 septembre 2015. Pour ma part, j’ai entre mes mains, le format poche parut aux éditions le livre de poche. 

Dans mon format, le livre fait 467 pages et se lit avec une grande fluidité (après, tout dépend de votre rythme de lecture). 

Qui est Bernard Werber ?  

Résultat de recherche d'images pour "bernard werber"Bernard Werber est né en 1961. C’est un écrivain français qui a commencé à écrire des nouvelles ou encore des scénarios dès l’âge de 16 ans. Il est très connu pour sa trilogie des fourmis. Mais son succès est également garanti grâce à ses autres romans. Il fait des études de criminologie et de journalisme. Grâce à ces études, il deviendra journaliste scientifique pour « Eurêka » par exemple. Son premier roman est publié en mars 1991 : Les fourmis. Puis, il publie en 1992, le jour des fourmis. A l’âge de 30 ans, il va rencontrer un grand succès avec les fourmis. Grâce à ses œuvres, il va développer un nouveau genre littéraire : « philosophie-fiction ». On aura au cœur de ses romans, un mélange entre philosophie, fiction et spiritualité. Bernard Werber tente de comprendre la place de l’homme dans l’univers. 

Le sixième sommeil ?

J’avoue qu’avant d’avoir lu ce roman, je ne connaissais absolument pas Bernard Werber. Je voyais son nom dans les librairies, mais je n’avais pas l’idée d’aller jeter un coup d’œil aux romans de cet écrivain. J’ai découvert Bernard Werber grâce au challenge que je fais actuellement pour l’année 2018 (l’article est sur mon blog). L’une des catégories de romans à lire comprenait la découverte de cet auteur. 

La première chose qui m’a attiré fut la couverture. Elle est à la fois simple et agréable. Elle m’a totalement donné envie de lire ce roman. J’ai beaucoup apprécié le contraste entre la couleur froide (bleu) qui semble représenter le sommeil et la couleur chaude (les papillons orange) qui semble refléter la vie et même le renouveau de la vie (on parle d’un sixième sommeil, d’un sommeil où tout est possible). 

Résumé : 

Phase 1 = assoupissement 

Phase 2 = Sommeil léger 

Phase 3 = sommeil lent 

Phase 4 = sommeil très profond 

Phase 5 = Sommeil paradoxal

Phase 6 = Le sixième sommeil. Celui de tous les possibles. 

Imaginez qu’au plus profond d’un rêve vous puissiez revenir en arrière, et rencontrer celui que vous étiez vingt ans plus tôt. Imaginez que vous ayez la possibilité de lui parler. Que lui diriez-vous ? …

Cela ne nous dis toujours pas de quoi il parle ? 

Ce roman parle (comme son titre l’indique), de sommeil et de rêve. On va suivre l’histoire de Jacques Klein, fils d’une scientifique et d’un navigateur. La vie de Jacques tourne autour du sommeil et du rêve. Il en apprend toujours plus au fil du temps. Sa mère, Caroline Klein, a un « projet secret », qu’elle désire réaliser afin d’éliminer le mal qui la ronge. Elle transmettra ce « projet secret » à son fils qui tentera lui aussi de comprendre et de découvrir ce que l’on appellera « le sixième sommeil ». 

OK… compris… et sinon ? 

Le roman de Bernard Werber porte sur un sujet qui touche l’humanité entière : le sommeil et son importance. 

En lisant ce livre, on en apprend un peu plus sur le sujet et on vit une aventure très captivante et entraînante. Le sujet en lui même est très intéressant. On se base sur des faits scientifiques réels tout en restant dans une certaine dose de fiction. C’est à la fois passionnant et instructif. 

Au cours de notre lecture, nous sommes face à des sujets actuels tels que les insomnies ou encore l’importante augmentation de la déforestation. On est face à une réalité dans certains passages qui améliorent la force de notre lecture. 

Et l’histoire ? 

L’histoire est entraînante. On est dans une évolution constante de la trame. On visualise les scènes avec lucidité et clairvoyance : notamment celles des explications sur le sommeil (on se croirait même dans un cours sur le sujet). Les descriptions de Bernard Werber sont très détaillées et très bien construite. Ce qui fait que nous avons l’impression d’être directement projetés dans le décor du roman. Nous ne sommes pas seulement à la surface de l’eau mais nous plongeons dans le roman. Nous sommes proches des personnages et nous comprenons ce que chacun d’eux ressent. 

Ah oui… et les personnages ? 

On a de tout. Bernard Werber ne nous présente pas des personnages absolument parfait (un petit défaut venant apporter un côté adorable à celui-ci). Il nous dessine des personnages de tous les jours, avec leurs qualités et leurs défauts. Il nous montre la réalité, les gens que l’on voit autour de nous.

Jacques Klein est un homme passionné, attachant et très intéressant. On voit très bien qu’il est loin d’être parfait avec son côté borné et sa peur de l’eau. Les parents de Jacques Klein sont tout aussi attachant, on désire sans cesse les entendre car ils parlent de choses qui sont importante pour leurs fils mais qui nous parle également. Par ailleurs, ils ont aussi leurs propres défauts (Caroline Klein possédant des troubles du sommeil). 

Jacques Klein fait partie de mes personnages préférés. Il nous donne envie d’aller de l’avant. Il nous montre le côté passionnant de sa science. 

Verdict sur cet écrivain ?

Bernard Werber possède une plume fluide et agréable à lire. Nous avons cet esprit scientifique qui est présent avec quelques vocabulaires qui nous permettent de nous projeter dans les recherches scientifiques du personnage (hertz, onde gamma…). Cependant, nous sommes très loin du vocabulaire complexe et très difficile à comprendre pour une personne qui ne maîtrise pas ce genre de sujet. On est donc dans un sujet scientifique complexe mais qui est adapté dans le roman à tout type de lecteurs. 

Werber (comme je le disais précédemment) a cette capacité que j’apprécie beaucoup, de nous faire visualiser la scène. Son texte nous offre des émotions et semble nous amener à avoir notre propre point de vu sur certains détails du sujet (ce point de vue peut changer au fil des pages). 

Je peux dire que pour un premier Werber, je suis conquise et ai hâte d’en découvrir un nouveau. 

Bref… en gros ? 

Ce fut une lecture vraiment agréable qui a révélé en moi un certain intérêt pour le rêve et le sommeil. 

Cela serait vraiment intéressant de faire des rêves lucides et de se souvenir de ses rêves. Me concernant, j’aimerais pouvoir découvrir ce monde des rêves que Bernard Werber semble tant connaître. 

Une histoire émouvante, captivante et qui nous fait rêver. 

ginger-1459613_1920

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s