Nana d’Emile Zola

Résultat de recherche d'images pour "nana emile zola"

 

auteur : Emile Zola

nombre de Pages : 512 pages

édition : le livre de poche 

sortie : 1880

titre : Nana

 

« le roman est devenu une enquête général sur l’homme et sur le monde » – Emile Zola

 

Résumé :

Dans les dernières années du Second Empire, quand Nana joue le rôle de Vénus au Théâtre des Variétés, son succès tient moins à son médiocre talent d’actrice qu’à la séduction de son corps nu, voilé d’une simple gaze. Elle aimante sur scène tous les regards comme elle attire chez elle tous les hommes : tentatrice solaire qui use de ses charmes pour mener une vie de luxure et de luxe, de paresse et de dépense.
Grâce à elle, c’est tout un monde que le romancier parvient à évoquer, toute une époque et tout un style de vie.
Ce neuvième volume des Rougon-Macquart est une satire cinglante des hautes sphères perverties par une fête qui ruine le peuple et détruit les valeurs. (le livre de poche)

Résultat de recherche d'images pour "emile zola" Emile Zola  est né le 2 avril 1840 à Paris. Il était écrivain et journaliste. Il est également considéré comme le chef de fil du naturalisme (mouvement qui consistait à décrire la société de façon réaliste, sans artifice ni idéalisation). Il est un romancier très populaire et son oeuvre principales est une suite de roman en 20 volumes : Les Rougon-Macquart. Il dépeint à travers son oeuvre la société française sous le Second Empire avec, au centre, une famille que l’on va suivre à travers de nombreuses générations. Il meurt le 29 septembre 1902. Nana, est le neuvième volumes des Rougon-Macquart. Il est parut en 1880.

Résultat de recherche d'images pour "nana emile zola"
tableau d’Edouard Manet, Nana

Aujourd’hui, je vous parle d’un classique que je voulais lire depuis un bon bout de temps. Il s’agit de Nana d’Emile Zola. Les romans de Zola m’ont toujours impressionnés de part son écriture et son incroyable capacité à dépeindre, de façon si réaliste, la société du XIXe siècle. J’ai pris plus de temps que d’habitude à lire cette oeuvre mais je n’en ressors absolument pas déçu. Les romans naturalistes m’ont toujours plu, mais je dois dire que Zola est mon auteur préféré pour ce mouvement. 

Le livre nous raconte l’histoire de Nana, la fille de l’ouvrière Gervaise, et de Coupeau dans l’Assommoir. Dans ce livre, elle n’est plus cette petite fille pauvre et battue par ses parents. On la retrouve, au départ en tant qu’actrice pour le rôle de Venus au théâtre des Variétés. Elle ne possède aucun talent artistique. Cependant, elle a autre chose, qui semble la rendre encore plus célèbre : une incroyable beauté et un corps de « Vénus ». Tous les hommes sont attirés par elles et son près à tout lui donner pour la posséder quelques minutes. S’ensuit une évolution brutale, dramatique, mais tout en passion, dans la vie de la demoiselle.

Résultat de recherche d'images pour "évaluation"

L’histoire est profonde, vivante et d’une réalité noire, sans artifice ni idéalisation. Zola nous dépeint avec perfection le tableau de la débauche et de la passion, dans un univers sombre, au cœur duquel, la fosse du désespoir se creuse sans répit. J’ai beaucoup appréciée l’histoire du début à la fin. Il est vrai que certaines descriptions (comme les dîners mondains) pouvaient être très longues, mais, cela m’a permis de me projeter avec une grande facilitée dans le XIXe siècle de l’auteur. J’étais au centre de ces femmes de la société dans leurs robes « immenses » et de ces hommes que l’argent détruit. L’écriture est agréable. Malgré cette description cru de la société et du peuple, on se retrouve avec une écriture légère, sans complication. Zola nous décrit quelques chose dans une phrase, et il n’y a pas besoin d’en rajouter d’avantage. 

Les personnages m’ont beaucoup interpellés. Nana est une jeune fille de 18 ans (au début du roman). On se représente très bien le personnage et on commence au fil des pages à s’y attacher. On ressent de nombreuses sensations à travers sa vie (et elle ne sont pas toujours drôle). On rencontre ensuite beaucoup d’hommes et de femmes que l’on croiseras souvent dans le roman. On découvre l’envers du décors, ce qui n’est pas habituellement montré : le cocuage, les amants, la prostitution, l’escroquerie…                    Tous ces personnages semblent très représentatifs de la société de Zola. On a une vision d’une partie des personnalités qui composent le XIXe siècle. Ces personnages m’ont beaucoup plu même si parfois, il était difficile de se souvenir de qui il s’agissait, quand celui-ci revenait une centaine de pages plus tard. 

diamonds-938490_1920

Zola était un auteur naturaliste d’un grand talent. Avec Nana, il nous dépeint le monde de la prostitution et des demi-mondaines. C’est à la fois passionnant, dramatique, choquant… Mais tout cela fait que le roman est un réel plaisir à lire. De plus, on a une fin tragique qui m’a laissée avec un sentiment de compassion, de tristesse et de dégoût envers cette femme dévoreuse d’homme, d’or et de diamant. 

Un véritable coup de cœur !! Une lecture que je conseillerais à n’importe qui voulant découvrir Zola.

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s